Gilbert Boss
La fin de l'ordre économique

Que notre société économique soit dans une grave crise, qui ne le sait ? Or les crises, si douloureuses soient-elles, sont aussi des occasions pour la pensée. Elles incitent à quitter le confort de la délégation des problèmes aux autorités officielles, aux nombreux spécialistes, dont la crise manifeste précisément l'impuissance. Il s'agit donc d'affronter les questions que pose notre organisation sociale plus directement et de remettre en question nos croyances. — C'est à cette réflexion qu'invite le présent livre, en commençant déjà par contester que nous puissions nous remettre entre les mains des savants d'une quelconque science. Il propose l'analyse d'une série de notions fondamentales de nos croyances, telles que celles de l'échange, de la marchandise, de la propriété, du rôle de l'argent, du travail, des idées (tant des arts que de la science) sur le marché et dans la société. — Il aboutit à une vision dans laquelle les valeurs centrales autour desquelles s'organise notre société économiste font l'objet d'une critique qui montre la nécessité de transformations radicales. Pour autant, ce n'est pas à des révolutions spectaculaires immédiates que l'auteur appelle, mais à des réformes susceptibles de nous orienter dans de nouvelles directions, sans supprimer le marché, mais en l'adaptant aux fonctions qu'il peut utilement remplir.

ISBN 2–88093–115–0 (978-2-88093-115-5), 14/21 cm, 238 p., br., 2000,

Recensions

Table des matières

Début du livre en format pdf

Auteur

Corrigenda

 

____________________________