Anne Staquet
La morale et ses fables
De l'éthique narrative à l'éthique de la souveraineté

Est-il possible d’imaginer une éthique qui ne soit plus prescriptive, qui ne dise plus (directement ou indirectement, par le biais de hiérarchies de valeurs) comment se comporter ? Telle est la question qui motive ce livre. Pour tenter d’y répondre, l’ouvrage se fraie un chemin à travers la philosophie, la psychanalyse et la littérature contemporaines, avant de s’ouvrir son propre espace. — Lors de la première étape, romancée, il s’agit de recueillir le matériel servant à construire cette éthique. Mais ensuite, comment procéder pour ne pas retomber dans une morale prescriptive ? Là se trouve toute la difficulté. Car comment élaborer une réflexion éthique tout en évitant de proposer l’adoption de certains modes de conduite ? Selon notre tradition (même la plus contemporaine), la morale n’implique-t-elle pas la prescription, dans un sens strict ou plus lâche ? Et le refus de cette conséquence ne condamne-t-il pas à une simple remise en question perpétuelle de toute morale établie, sans espoir de déboucher sur l’établissement d’une nouvelle morale ? La seconde partie de l’ouvrage se consacre à la réflexion sur ces questions, qu’elle aborde dans un développement de style dramatique. — Ce n’est pas un hasard si ce livre philosophique adopte les genres littéraires de l’essai, du roman et du théâtre pour les adapter à son objet. La question même, qui échappe à un simple traitement théorique, appelle cette forme complexe, avec le mode de lecture qu’elle implique, ainsi que le rappelle O. Movimento dans sa préface.

ISBN 2–88093–117–7 (978-2-88093-117-9), 14/21 cm, ~300 p., br., 2000,

Recensions

Table des matières

Début du livre en format pdf

Auteur

____________________________